ENTREPRENDRE relève parfois du parcours du combatant, surtout dans une période où chacun vit l’incertitude au quotidien…. 

Les modèles du 20ème siècles sont, pour de nombreux secteurs, devenus obsolètes car personne ne peut prévoir à 3 ou 5 ans. Par ailleurs, des activités émergentes n’ont aucun historique sur lequel s’appuyer pour « prévoir ». Les 2 méthodes agiles utilisées, soutenues également par la « pyramide de Dilts » spéciale entrepreneur nouvelle génération. … sont là pour minimiser les risques tout en se lançant dans l’aventure.   

J’allie l’effectuation (démarche entrepreneuriale agile) à la méthode Synopp pour mener chacun à la réussite de son projet. 

Qu’est-ce que l’effectuation :

Ces cinq principes, qu’elle regroupe sous le nom d’effectuation, sont les suivants :

  • Démarrer avec ce qu’on a : au lieu de partir d’un but clair, les entrepreneurs considèrent leurs moyens disponibles et se demandent : « Que puis-je faire avec ce que j’ai sous la main ? » Leur but émerge des moyens disponibles. Il est donc beaucoup plus facilement réalisable et l’échec est moins probable.

  • Agir en perte acceptable : au lieu d’agir en fonction d’un gain attendu, les entrepreneurs définissent d’abord ce qu’ils sont prêts à perdre pour agir (« Je fais cela parce qu’au pire je perds Y et que c’est acceptable pour moi »). En contrôlant ainsi leur risque, ils libèrent leur action. Si celle-ci est un échec, ils peuvent continuer car ils n’ont pas tout perdu.

  • Obtenir des engagements : les entrepreneurs développent leur projet en suscitant l’engagement de parties prenantes qui les aident en leur apportant des ressources. Ils progressent en se demandant « Qui peut m’aider à résoudre le problème auquel je suis confronté ? » En vertu de ce principe, l’entrepreneuriat c’est co-construire des choses plus ou moins inattendues avec des gens inattendus.

  • Tirer parti des surprises : la vie des entrepreneurs est pleine de surprises, et plutôt que passer des jours à essayer de tout prévoir, ceux-ci tirent parti de ce qui leur arrive, bon ou mauvais.

  • Créer le contexte : Les entrepreneurs ne regardent pas le monde tel que les autres le décrivent ou le prévoient, mais tel qu’ils voudraient qu’il soit. Ils le transforment en changeant nos modèles mentaux, c’est-à-dire nos grandes croyances, comme Airbnb qui nous fait trouver acceptable de dormir chez des inconnus.

Les travaux de Sarasvathy ont ouvert une période nouvelle, post-mythique, où nous pouvons parler de l’entrepreneuriat tel qu’il se fait, non tel qu’on se le représente, tel qu’on aimerait qu’il soit ou même tel que les entrepreneurs nous le décrivent.

Certifiée EFFECTUATION depuis 2013 et e-tuteur pour l’EM Business Scholl durant 2 ans pour des porteurs de projets de tous secteurs (entrepreneuriat et intrapreneuriat).  Diplomée PNL Praticien méthode DILTS, certifiée « les entrepreneurs du changement » de l’ESSEC.

Je vous propose un coaching entrepreneurial, à votre rythme, un minimum de 3 rendez-vous est nécessaire. 

Pour plus d’informations n’hésitez  pas. … 

14 + 5 =

Pré-inscription au Séminaire
Avant l'inscription définitive, nous vous contacterons pour un entretien préalable.
Annuler
Merci pour votre inscription , nous prenons rapidement contact avec vous bla bla
We respect your privacy. Your information is safe and will never be shared.
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
WordPress Popup Plugin