Quel est le but d'un bilan de compétences

Le bilan de compétences est un dispositif relevant de la formation professionnelle continue qui consiste à « analyser ses compétences professionnelles et personnelles, aptitudes et motivations afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation , comme l’indique le Code du Travail (article L 6313-10).

Cela, grâce à un accompagnement sur-mesure, guidé et encadré par un consultant.

Le but principal du bilan de compétences est de définir un projet : à la fois personnel et professionnel. Choisir un nouveau métier ou évoluer dans sa carrière c’est aussi quelque part, changer de vie. Souvent, derrière le bilan de compétences, il y a un fort désir de changement, d’être plus épanoui dans son travail, mieux dans sa peau.

Il permet :

  • d’analyser ses compétences personnelles et professionnelles, ses aptitudes et ses motivations ;
  • de définir son projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation ;
  • d’utiliser ses atouts comme un instrument de négociation pour un emploi, une formation ou une évolution de carrière.
  • de clarifier un projet de création d’activité ou d’entreprise

Il s’agit donc d’élaborer et de construire un projet réaliste et réalisable. Dit autrement, il s’agit dans un premier temps de se poser pour prendre le temps de faire le point sur sa situation actuelle puis ensuite d’envisager le futur de manière sereine et construire.

Quel résultat apporte un bilan de compétences ?

On a rarement l’occasion de trouver au quotidien le temps, l’espace ou l’oreille adéquate pour évoquer sa carrière, ses désirs, ses rêves ou même de ses difficultés. Cependant, on a constaté que quelle que soit la situation au départ, faire un bilan de compétences provoque plusieurs bienfaits à l’issue de l’accompagnement. Notamment en terme de confiance en soi et de clarification d’objectif : envisager une reconversion professionnelle , changer de secteur d’activité, évoluer vers plus de responsabilités, toutes les options sont possibles !

Enfin, il permet de lister les atouts et les points de vigilance pour mener à bien votre projet, et de définir un plan d’action détaillé.

Comment savoir si un bilan de compétences est fait pour vous ?

Se poser des questions sur son évolution professionnelle est déjà un premier indice. Si en ce moment ou depuis quelques temps vous vous demandez :

  • Est-ce le bon moment pour changer de poste ?
  • J’ai envie de me reconvertir mais j’ai aucune piste
  • Je veux changer dans mon job, mais je ne sais pas par quoi commencer ni comment faire
  • Quel métier est fait pour moi ?
  • Ai-je les capacités pour créer mon entreprise et travailler en indépendant ?
  • Puis-je évoluer professionnellement ?
  • Quelles sont mes compétences ?
  • Ma carrière stagne, comment lui donner une nouvelle dynamique ?
Quel est le déroulement d'un bilan de compétences ?

On a vu que le bilan de compétences est encadré par la loi sur ses objectifs. Il l’est aussi sur sa forme et ses grandes étapes. L’accompagnement dure 24 h réparties en plusieurs séances espacées sur 2 ou 3 mois. La démarche comprend obligatoirement trois phases sous la conduite du prestataire. Le temps consacré à chaque phase est variable selon les actions conduites pour répondre à vos besoins.

Une phase préliminaire 

La phase préliminaire consiste à prendre connaissance du déroulé du bilan et à préciser son objectif.  Cette phase est gratuite. Cette étape a pour objet de :

  • confirmer votre engagement dans la démarche ;
  • définir et analyser la nature de vos besoins ;
  • informer des conditions de déroulement du bilan et des méthodes et techniques mises en œuvre.

Une phase d’investigation 

Cette étape vous permet :

  • d’analyser vos motivations et intérêts professionnels et personnels ;
  • d’identifier vos compétences et aptitudes professionnelles et personnelles et, le cas échéant, d’évaluer vos connaissances générales ;
  • de déterminer vos possibilités d’évolution professionnelle.

La phase d’investigation du bilan de compétences est la plus longue. Elle peut comprendre 6 à 7 séances, soit 12 ou 14 heures. C’est la plus importante. C’est la où le travail d’élaboration, de recherche et de choix va se faire.

On y travaille l’analyse du parcours, les intérêts et les motivations, mais aussi les compétences, les valeurs professionnelles et les qualités : c’est la phase de connaissance de soi.  Dans un second temps, les séances sont consacrées à l’exploration de l’environnement socio-éco professionnel et aboutissent à la définition du projet.

Grâce aux entretiens, aux questionnaires, aux jeux  proposés et encadrés par le consultant, la personne va peu à peu élaborer son propre projet professionnel.

Une phase de conclusion 

Une fois le projet défini, commence la phase de conclusion, avec la rédaction du projet et la construction du plan d’action. Les points forts de la phase d’investigation ainsi que les atouts et les freins sont repris dans un document-synthèse du projet, co-construit entre le consultant et la personne, et remise en mains propres obligatoirement lors de la dernière séance. Cette étape vous permet au travers d’entretiens personnalisés de :

  • prendre connaissance des résultats détaillés de la phase d’investigation ;
  • recenser les facteurs susceptibles de favoriser ou non la réalisation d’un projet professionnel et, le cas échéant, d’un projet de formation ;
  • prévoir, le cas échéant, les principales étapes de la mise en œuvre de ce projet.
Financer votre bilan de compétences si vous êtes salarié

Le bilan de compétences n’est pas gratuit. Il existe toutefois plusieurs dispositifs de prise en charge. 

La loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », du 5 septembre 2018 apporte de profonds changements pour la formation des salariés. Certains dispositifs permettant de financer sa formation disparaissent : congé individuel de formation (CIF), congé bilan de compétence, ou évoluent fortement : compte personnel de formation (CPF).

LE COMPTE CPF 

Votre compte est alimenté une dernière fois en heures au premier trimestre 2019, au titre de votre activité en 2018. Il est automatiquement converti en euros, sur la base de 15 euros de l’heure. Ce taux est fixé par l’Etat (décret) :

• Salarié à temps plein, vous cumulez au maximum 24 heures par an, jusqu’à un pallier de 120 heures, puis 12 heures par an dans la limite d’un plafond total de 150 heures, soit 2250 euros au maximum.

• Salarié à temps partiel, vos droits sont calculés au prorata de votre activité annuelle.

A partir de 2020, au titre de vos droits acquis en 2019, votre compte sera alimenté à hauteur de 500 euros par an dans la limite d’un plafond total de 5000 euros, pour un travail à mi-temps ou plus. En dessous d’un mi-temps, vos droits sont calculés au prorata de votre activité.

En cas d’anomalie sur votre compte formation (droits CPF Privé), l’employeur concerné doit compléter la demande de régularisation salariés privés

LES OPCO 

Vous trouverez un onglet spécial OPCO qui vous donne les liens pour faire la demande de prise en charge directement. 

LE PLAN DE FORMATION (de l’entreprise)

Le Bilan de compétences peut être financé par le Plan de formation de l’entreprise. Dans ce cas, le Bilan est souvent à l’initiative de l’employeur qui propose au salarié de faire un Bilan. Le salarié n’est pas dans l’obligation d’accepter et les conclusions du Bilan ne sont pas communiquées à l’employeur. 

PAR VOS PROPRES MOYENS 

Vous pouvez financer le Bilan de compétences par vos propres moyens.

Financer son bilan de compétences si vous êtes chef d'entreprise ou indépendant

LE CPF

Votre Compte Personnel de Formation sera alimenté en 2020 au titre de vos activités 2018 et 2019, si vous êtes : travailleur indépendant, membre des professions libérales et des professions non-salariés, artiste auteur ou conjoint collaborateur.

Vous souhaitez vous former maintenant ? Adressez-vous à votre Fonds d’Assurance Formation (FAF) : il est déterminé selon la nature de votre activité.

Votre OPCA pour les professions libérales 

Si vous êtes  indépendants du secteur libéral, votre OPCA sera le FIFPL 

La prise en charge pour le bilan de compétences est possible tous les 3 ans. Le montant autorisé est de 1500 €. Le reste étant à votre charge. (Pour plus d’informations : c’est ici ).

La prise en charge est faite sous condition de transmettre l’Attestation de Versement URSSAF du Professionnel Libéral qui doit mentionner un taux de cotisation formation de 0,34% au lieu de 0,25%.

En cas de problème vous pouvez les contacter :
Par mail : contact@fifpl.fr
Par téléphone : 01 55 80 50 00

Votre OPCA en tant que Chef d’entreprise : AGEFICE 

L’AGEFICE est le Fonds d’Assurance Formation (FAF) du Commerce, de l’Industrie et des Services : il assure la gestion des fonds issus de la collecte de la Contribution à la Formation Professionnelle (CFP, perçue par l’intermédiaire des URSSAF ou la Sécurité Sociale des Indépendants) et le financement des formations pour les Chefs d’entreprise / Dirigeants non- salariés et leurs Conjoints collaborateurs ou Conjoints associés de ces 3 secteurs d’activité.

Vous pouvez les contacter directement : Point d’acceuil 

LE FAFCEA (chef d’entreprise à caractère artisanal) 

Aides et prises en charges : Cliquez ici 

Le compte personnel de formation (CPF)

LE CPF (ex DIF)

A compter du 1er Janvier 2019, chaque personne dispose dès son entrée sur le marché du travail d’un compte personnel de formation (CPF). Ce compte est, avec la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018, un compte en euros et non plus en heures. Même un salarié qui travaille à mi-temps acquière 500 € par an, avec un plafond de 5000€. Ces sommes sont portées à 800€ par an pour un salarié non qualifié (ou peu qualifié) avec un plafond à 8000€.

Lorsque, sur une année, un salarié travaille pendant une durée inférieure à la moitié de la durée conventionnelle du travail ou 1607 heures, le compte est alimenté au prorata du nombre d’heures réalisées. Ceci ne s’applique pas à un travailleur en Esat.

Les listes de formation éligibles au CPF sont supprimées.

QUI BENEFICIE DES DROITS CPF ?

Actuellement, vous pouvez utiliser vos droits CPF si vous êtes :

  • âgés de 16 ans et plus (ou jeunes de 15 ans ayant signé un contrat d’apprentissage) ;
  • salariés sous contrat de travail de droit privé ;
  • à la recherche d’un emploi, inscrits ou non à Pôle emploi ;
  • en contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ;
  • accueillis dans un établissement et service et d’aide par le travail (ESAT).

Si votre activité s’est achevée en cours d’année, vous n’avez aucune démarche à effectuer, vos droits CPF seront calculés sur la base de la déclaration de votre employeur :  ils seront visibles en début d’année suivante sur votre compteur CPF.

Vous pouvez utiliser vos droits CPF  tant que vous n’avez pas fait valoir vos droits à la retraite. Toutefois, si vous êtes retraité et que vous avez une activité bénévole, vous pouvez bénéficier de droits CEC

COMMENT MOBILISER SON CPF ?

Grâce au site www.moncompteactivite.gouv.fr, les titulaires peuvent :

  • prendre connaissance des heures de formation disponibles sur leur compte,
  • connaître les modalités de financement de leur formation.

Jusqu’en octobre 2019, les différentes OPCO gèrent les demandes de CPF, à l’initiative du salarié ou co-construit avec son employeur. Il assurera également la bonne fin des dossiers précédemment accordés.

Passé cette période, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) prendra en charge le traitement et la gestion des nouvelles demandes de formation. Une application mobile développée par la CDC sera proposée pour permettre aux salariés de choisir une formation. Trois critères d’appréciation de la formation devraient être proposés : taux d’insertion en emploi, taux de réussite à la certification et taux de satisfaction.

A terme, elle assurera la prise en charge des actions de formation de l’inscription du titulaire du compte aux formations jusqu’au paiement des prestataires.

QUELLES SONT LES FORMATIONS ÉLIGIBLES AU CPF ?

Les listes de formation consultables sur moncompteformation.gouv.fr ont été supprimées. A compter du 1er janvier 2019, les actions de formation finançables avec son CPF sont :

  • Les formations permettant d’acquérir le certificat CléA  ainsi que les actions permettant d’évaluer les compétences préalablement ou postérieurement à ces formations
  • L’accompagnement à la VAE
  • Le bilan de compétences
  • la formation au permis B et au permis poids lourds
  • Les actions d’accompagnement et de conseil dispensées aux créateurs et repreneurs
  • Toutes les formations sanctionnées par une certification inscrite au Registre national des certifications professionnelles ou au Répertoire spécifique (ex-inventaire)
  • Les formations destinées à permettre aux bénévoles et volontaires en service civique d’acquérir les compétences nécessaires à l’exercice de leurs missions (avec le compte d’engagement citoyen)

Pour information le code CPF du bilan de compétences est le 203. Ce code vous permet de monter un dossier de formation pour le Bilan depuis votre compte.

COMMENT GERER SON COMPTE CPF  ?

Le salarié ouvre lui-même son compte CPF depuis la plateforme moncompteformation.gouv.fr, il peut ainsi utiliser ses heures en dehors du temps de travail pour faire un Bilan. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’en informer son employeur. Les demandeurs d’emploi peuvent également utiliser leurs heures pour faire un Bilan.

Un accord collectif d’entreprise ou un accord de branche professionnelle peut prévoir des modalités d’alimentation du compte plus favorables.

L’alimentation des comptes est  effectuée automatiquement à partir des déclarations annuelles des données sociales (DADS) – puis des déclarations sociales nominatives (DSN) – qui sont établies par les employeurs. La CNAV alimente directement le CPF via la Caisse des dépôts et consignation

COMMENT FAIRE VOTRE DEMANDE DE PRISE EN CHARGE  ?

Si vous êtes salarié et voulez utiliser votre Compte personnel de formation pour suivre une formation ou entreprendre une démarche de VAE sans en aviser votre employeur (et donc en réalisant une action qui se déroulera nécessairement en totalité en dehors de votre temps de travail), vous devez faire parvenir directement à votre OPCO une demande de prise en charge CPF. Téléchargez depuis leurs pages,  la demande de prise en charge CPF pour un salarié.

La demande doit être transmise à votre OPCO par courrier au minimum 60 jours avant le démarrage de la formation (ou du bilan de compétences).

Si le délai de 2 mois n’est pas respecté, la demande sera considérée irrecevable.

Le formulaire de demande d’aide financière devra être accompagné par les pièces suivantes :

  • le programme et le devis de la formation précisant le coût et le nombre d’heures de formation ;
  • les justificatifs des heures  saisies sur le compte CPF du salarié ( solde d’heures  non utilisé au 31/12/2014 et, le cas échéant, copie de l’attestation de portabilité de droits acquis au titre du DIF chez l’employeur précédent) ;
  • si la prestation se déroule en tout ou partie sur le temps de travail : la demande autorisation d’absence adressée par le participant à l’employeur et mentionnant son accord exprès pour la mobilisation de son Compte personnel de formation ;
  • si la prestation se déroule entièrement en dehors du temps de travail : une lettre mentionnant l’accord exprès du participant pour la mobilisation de son Compte personnel de formation.

Tous les renseignements demandés sont indispensables, de même que les pièces à joindre. Un dossier incomplet ne pourra être traité.

QUELS SONT LES FRAIS PRIS EN CHARGE ?

Les droits acquis au titre du CPF peuvent permettre la prise en charge de tout ou partie des frais pédagogiques et des frais liés à la validation des compétences mais pas celle des frais annexes (transports, hébergement, restauration) ou de la rémunération.

LE CPF PEUT-IL BÉNÉFICIER D’ABONDEMENTS FINANCIERS?

Oui, afin d’accorder une meilleure prise en charge financière des coûts de formation, Certains OPCO complètent par un abondement le montant des droits acquis au titre du CPF qu’un demandeur peut effectivement mobiliser. Cet abondement varie en fonction du type de formation et permet de garantir les niveaux de prise en charge. Renseignez-vous auprès de votre OPCO. 

AU DELA DU CPF : le CEC  ? 

Au delà de vos droits acquis dans un cadre professionnel, vous pouvez également valoriser les heures de bénévolats. 

Le Compte Engagement Citoyen (CEC) a pour objectif de recenser et de valoriser vos activités citoyennes, et ainsi vous permettre d’acquérir des droits à formation.

Vous avez plus de 16 ans ou vous avez 15 ans et vous avez signé un contrat d’apprentissage ?

Le CEC s’adresse à tous (si les conditions sont remplies), salariés, demandeurs d’emplois, agents publics, travailleurs indépendants, étudiants, parents au foyer, retraités… et les droits acquis peuvent être utilisés même à la retraite.

8 activités bénévoles, de volontariat, de réserviste ou de maître d’apprentissage permettent d’acquérir 240 euros sur votre compte d’engagement citoyen (CEC) par année, dans la limite maximale de 720 euros :

  • Le service civique (article L. 120-1 du code du service national). Vous devez avoir une activité minimale de 6 mois continus sur une ou deux années civiles. Le service civique regroupe :
    • l’engagement de service civique ;
    • le volontariat associatif ou/de service civique ;
    • le volontariat international en administration (VIA) ;
    • le volontariat international en entreprise (VIE) ;
    • le service volontaire européen (SVE) ;
    • le volontariat de solidarité internationale (VSI).
  • La réserve militaire opérationnelle (article L. 4211-1 du code de la défense) : réserve militaire opérationnelle (pour une activité de 90 jours sur une année civile) ; 
  • La réserve civile de la police nationale (durée continue de 3 ans d’engagement ayant donné lieu à la réalisation de 75 vacations par an) ;
  • La réserve sanitaire (article L. 3132-1 du code de la santé publique) une durée d’emploi de 30 jours ;
  • L’activité de maître d’apprentissage (article L. 6223-5 du Code du travail) pour une activité minimale de 6 mois continus sur une ou deux années civiles ;
  • Les activités de bénévolat associatif, si le bénévole siège dans l’organe d’administration ou de direction de l’association ou participe à l’encadrement d’autres bénévoles, et ce, pendant au moins 200 heures au cours de l’année civile dans une ou plusieurs associations1 ;
  1. L’association doit :
  • être régie par la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association ou inscrite au registre des associations en application du code civil local applicable dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle ;
  • être déclarée depuis au moins 3 ans;
  • avoir l’ensemble de ses activités mentionnées au b du 1 de l’article 200 du code général des impôts ;
  • Le volontariat dans le corps des sapeurs-pompiers (signature d’un engagement d’une durée de 5 ans) ;
  • La réserve civique et ses thématiques :
    • réserve civique (durée d’activité annuelle d’au moins 80 heures) * ;
    • réserve citoyenne de défense et de sécurité (durée continue de 5 ans d’engagement) ;
    • réserve communale de la sécurité civile (durée de 5 ans d’engagement) ;
    • réserve citoyenne de la police nationale (durée continue de 3 ans d’engagement ayant donné lieu à la réalisation de 350 heures par an) * ;
    • réserve citoyenne de l’éducation nationale (durée d’engagement continue d’un an ayant donné lieu à au moins 25 interventions). *

* Activités comptabilisées à compter du 1er janvier 2018

LE CPP s’y ajoute  

Pour acquérir des points CPP, vous devez respecter les conditions ci-dessous :

  • Etre salarié en contrat de droit privé (hors salariés de particuliers employeurs) affiliés au régime général ou agricole.
  • Etre exposés à au moins un des 6 facteurs de risques professionnels suivants :
    • Activité en milieu hyperbare
    • Températures extrêmes
    • Bruit
    • Travail de nuit
    • Travail en équipes successives alternantes
    • Travail répétitif

Les nouveaux OPCO (Opérateurs de Compétences) au 1er Avril 2019

Liste des 11 OPCO qui ont reçu l’agrément du ministère du travail, à la suite des négociations au sein des branches professionnelles. Publiée au journal officiel le 01 Avril 2019. 

Annoncée il y a tout juste un an lors de la conférence de presse du 5 mars 2018, la création des Opérateurs de compétences (Opco) en remplacement des Opca est désormais finalisée. La liste a été publiée au Journal officiel le 29 mars dernier.

Les Opco remplissent de nouvelles missions comme l’accompagnement des entreprises de moins de 50 salariés dans le développement des compétences, l’analyse des besoins et l’évolution des certifications professionnelles, et le financement des premières ouvertures de CFA ou sections d’apprentissage non conventionnés par les Régions.

  1. Opco Commerce (vente, négoce, commerce de détail, commerce de gros…)
  2. Atlas (assurances, banques, finances)
  3. Santé (hospitalisation, établissements médico-sociaux…)
  4. AFDAS (presse, édition, cinéma, casino, musique, spectacle vivant, sport, tourisme, radio, audiovisuel, télécommunication…)
  5. Cohésion sociale (centres socio-culturels, animation, insertion, Pôle emploi, régie de quartier, HLM,…)
  6. Entreprises de proximité (artisanat, professions libérales…)
  7. Entreprises et salariés des services à forte intensité de main-d’œuvre (chaînes de restaurants, portage salariale, enseignement privé, restauration rapide, activité du déchet, travail temporaire…)
  8. OCAPIAT (les entreprises et exploitations agricoles, les acteurs du territoire et les entreprises du secteur alimentaire…)
  9. OPCO 2i (industrie, métallurgie, textile…)
  10. Construction (bâtiment, travaux publics)
  11. Mobilité (ferroviaire, maritime, automobile, transport de voyageur, tourisme…)

Pour rappel, la ministre du travail avait missionné Réné Bagorski et Jean-Mari Marx pour l’élaboration d’un rapport visant à regrouper les branches professionnelles au sein des futurs opérateurs de compétences. Objectif : obtenir des filières de économiques cohérentes afin de mutualiser les solutions offertes aux entreprises. Résultat : les deux experts avaient recommandé 11 Opco et c’est sur cette base que les partenaires sociaux ont négocié au sein des branches des accords. 

En fonction du code NAF de votre entreprise vous pourrez trouver plus facilement de quel OPCO vous dépendez. 

POUR LES CONTACTER 

OPCO Commerce –  Atlas –   Santé –  AFDASCohésion Sociale (ex Uniformation)  – Entreprises de proximitéEntreprises et salariés des services à forte intensité de main-d’œuvreOCAPIAT  – OPCO2iConstructionMobilité 

 

POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS ou DEMANDER DES INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES 

Lieu : 2 Rue du mouton  – 45110 Chateauneuf sur Loire 

14 + 14 =

Pré-inscription au Séminaire
Avant l'inscription définitive, nous vous contacterons pour un entretien préalable.
Annuler
Merci pour votre inscription , nous prenons rapidement contact avec vous bla bla
We respect your privacy. Your information is safe and will never be shared.
Don't miss out. Subscribe today.
×
×
WordPress Popup Plugin